VAN SPRENGEL Didier

Peintre

"Album of love songs", Huile sur toile, 120 x120 cm, 2010

L’Imagerie Populaire se voyant désormais affectée par une prédilection à privilégier les animateurs de la société du spectacle fiscalement apatrides et les prestataires télévisuels aux hormones intempestives, je me prosterne aux basques du Dérisoire et du Burlesque, par une révérence souple mais appuyée à Barbara Cartland. La Gravité est l’essence même de l’imposture.

Antony Ashley Cooper, Comte de Shaftesbury

 
VASSAL Eric

Plasticien

"Intervention paysagère", 2015, vidéo, 1'03'' © Eric Vassal

Depuis plusieurs années, je travaille autour du dialogue qui peut exister entre une œuvre contemporaine et sa mise en perspective avec l’histoire de l’art.  Dans la vidéo “Intervention paysagère” d’après la peinture de Joos de Momper, Grand paysage de montagne, réalisée au XVIIe siècle, je poursuis ce travail de questionnement de l’œuvre d’art, en modifiant la nature même de la peinture par une intervention informatique animant la surface, en rendant ainsi à l’œuvre, la vie qui l’a inspirée.

Site de l'artiste

 
VELICKOVIC Vladimir

Peintre

"Proie", huile sur toile, 225 cm x 165 cm, 2006

Vladimir Velickovic répond à toutes les définitions de la peinture philosophique : peindre un objet spécifique, et ne peindre que lui : le tragique, le réel tragique, l'homme tragique, la situation tragique, l'ambiance tragique, en un mot peindre la catastrophe sous toutes ses formes... La permanence de l'apocalypse... la splendeur de la catastrophe... 
(d'après Michel Onfray)

 
VELK Marko

peintre

"Sans titre", dessin marouflé, 195 cm x 195 cm, 2008

Marko Velk construit avec acharnement et constance, dans des séries de dessins, des propositions qui remettent en cause les fondements de ce que nous savons. Les sujets flottent dans l'espace du papier ou se préparent à chuter, des équilibres instables sont en train de se rompre, des créatures hybrides sont les acteurs d'une comédie humaine et en noir et blanc, un théâtre d'ombres et de lumières se dessine à coups de traits jetés avec vivacité. Il est sans doute question dans cette mise en scène de vie, de mort et de sexe, d'anges et de démons.
Les séquences d'un rêve ou d'un cauchemar semblent défiler devant nous à la vitesse de la lumière; à nous de saisir dans la succession des images une logique pour expliquer les règles de la chorégraphie proposée. (jean-pierre Plundr)

 
VERLINDE Hugo

Artiste numérique

"Altaïr", ordinateur, vidéo-projecteur, polyéthylène, 140 cm x 90 cm, 2009

Grâce à la science, notre sens de l'espace s'est considérablement élargi au cours du dernier siècle. L'espace de la Renaissance, géométrique et linéaire, a été remplacé par une vision plus moderne de l'espace : un espace courbe et sensuel, abritant d'innombrables galaxies, contenant elles-mêmes une infinité d'étoiles en formation. Cette vision-là de l'espace nous laisse envisager l'apparition de la vie en de nombreux coins et recoins du cosmos. 
Mon ambition est d'incarner notre nouveau rapport à l'espace avec les ressources spécifiques qu'apporte le numérique. Le travail que je mène est une tentative pour rendre intime l'infini lointain.

 
VERMILLARD Marie

vidéaste

"La voie lactée", vidéo, 9'00'', 2015

Courtesy of : Galerie Duboys

Cette icône du laitier je me l'approprie et mon interprétation devient un savant mélange de féminin et de masculin, viril et doux, nourricier et de passage. Il surgit dans la nuit, vibrant et mystérieux malgré la trivialité de son panier plein de bouteilles de lait. On hésite sans cesse entre l'étrangeté de son apparition et la présence de son corps sexué. Son visage nous regarde et l'image laisse place à l'échange, il nourrit la terre ou il l'ensemence.

 
VERO

Peintre

" Harmonie ", Acrylique, 81cm x 100 cm, 2006

Les végétaux miroirs de nos émotions.

Sentir la nature l'espace d'un unstant.

Des matières, ouverture vers la réflexion.

S'arrêter...

Le temps de comprendre la fragilité du monde et

Se décider à vivre nos vies...

 
VISY Joseph

Sculpteur

"Entrée et sortie", ardoise et marbre, 70 cm x 35 cm x 35 cm, 1998

Dans mes sculptures j'utilise un mélange de différents marbres pour former une polychromie
selon un procédé déjà bien connu dans l'antiquité afin de révéler une réalité spirituelle cachée.
Cette sculpture est assemblée, collée dans de l'ardoise et du marbre polychrome. La forme géométrique en ardoise avec ses ouvertures représente les constructions humaines. Le ruban multicolore qui les traverse symbolise les différents itinéraires et étapes de la vie.

V.

Portraits oculaires

 Portrait de famille, 2018, installation de six toiles rondes de différentes tailles, acrylique sur toile, 120 x 120 cm © V.

 

Au fond de votre œil il y a tout, vos origines, vos traumatismes, vos expériences, une vision fine et claire de votre état physique et tant d’autres choses… En regardant quelqu’un, une porte sur vous s’ouvre à l’autre. On y voit la matrice, l’œil de celle qui vous a mis au monde, le parcours qu’elle vous cache, celui qu’elle vous raconte, ce que vous en avez fait, ce que vous avez construit et déconstruit autour et à nouveau transmis à votre tour. Cette œuvre est une invitation à l’observation du tourbillon de la vie.

 
VANGERTRUYDEN Bea

Dessin et sculpture

A la fois beau, touchant, pauvre et fascinant, 2019, aquarelle sur papier, 90 x 70 cm © Bea Vangertruyden

 

« Peu de couleurs, diluées dans le presque rien des lointains du visage, des rides d’eau, une face désertée, des traces de taches, une présence effarée. L’eau quitte l’âme et se réfugie dans le vide du papier. » Christian Noorbergen

 
VANHOVE Murielle

Peintre

Défigures, 2018, acrylique sur canette en métal, 15 x 9 cm © Murielle Vanhove

 

Une série de visages peints sur canettes vides, jetées dans la rue pour finir écrasées. Cet accident reflète la réalité brutale, celle qui défigure. Le mouvement du temps qui passe, qui use, abîme et s’empare de nos identités. Les traits dérapent pour laisser un portrait en creux. Le contenant devient autre, une trace dans le temps. J’ai choisi cet objet emblématique de notre siècle, la canette de Coca comme support à ces images-traces aléatoires qui viennent comme un hommage identitaire traduire la difficulté du souvenir.